À la une,  Sport,  Sports et société

Rafa Nadal, a tope

La chronique sportive de David - N°2

Rafael Nadal, a tope

Rafael Nadal,
a tope

Article Bilangue

20 títulos en Grand Slam, de los cuales 13 Roland-Garros. Medalla de oro en simple como en doble en los Juegos Olímpicos de Pekín (2008) y de Río (2016) respetivamente y abanderado en estos últimos. Más joven tenista profesional en lograr una victoria en los cuatro torneos principales del Grand Slam. Una leyenda que se forjó a base de fuerza tan física como mental, gracias a una resiliencia y a una capacidad de adaptación permanentes.

20 titres en Grand Chelem, dont 13 Roland-Garros. Médaille d’or en simple comme en double aux Jeux Olympiques de Pékin (2008) et de Rio (2016) respectivement et porte-drapeau lors de ces derniers. Plus jeune tennisman professionnel à remporter une victoire dans les quatre tournois principaux du Grand Chelem. Une légende qui s’est forgée grâce à une force aussi physique que mentale, grâce à une résilience et à une capacité d’adaptation permanentes.

Más allá de las proezas deportivas, su longevidad respecto al estilo de su juego ha de sorprender. Durante mucho tiempo sólo ha sido definido como jugador de tierra batida cuyo éxito radicaba en la potencia de sus golpes. Rafa esconde en realidad una personalidad compleja, atípica, humana e inteligente tras esta máscara de gladiador de las pistas con mental de acero, duro y guerrero. Hoy lo ha ganado todo o casi; sólo le faltan un par de Masters 1000 (torneo de primera categoría, Paris-Bercy / Miami / Shanghái para el mallorquín) y el Masters de Londres (torneo que se disputan cada año los ocho mejores del ranking ATP y que clausura la temporada) que ganar. 

Au-delà des prouesses sportives, sa longévité au vu de son style de jeu a de quoi surprendre. Pendant longtemps il a seulement été défini comme joueur de terre battue dont le succès se basait sur la puissance de ses coups. En réalité, Rafa cache derrière ce masque de gladiateur des cours une personnalité complexe, atypique, humaine et intelligente et un mental d’acier, dur et guerrier. À ce jour, il a tout gagné ou presque; il ne lui manque que quelques Masters 1000 (tournoi de premier rang, Paris-Bercy / Miami / Shanghai pour le majorquin) et le Masters de Londres (tournoi où s’affrontent chaque année les huit meilleurs du classement ATP et qui clôt la saison) à remporter.

Fuera de las pistas, ha fundado la Fundación Nadal que ayuda en India a escolarizar y formar al deporte a jóvenes pobres. Ha lanzado en Manacor, su tierra, la Rafa Nadal Academy, inmenso complejo que forma y prepara a los jóvenes talentos tan educativa como deportivamente. Y se acaba de casar en 2019, antes de ganar en París un decimotercero título en Roland-Garros, empatando a 20 con la leyenda suiza y muy buen amigo suyo, Roger Federer.

Trofeo bajo el brazo en Roland-Garros, París

En dehors des cours, il a créé la Fondation Nadal qui aide en Inde à scolariser et éduquer sportivement des jeunes défavorisés. Il a lancé à Manacor, chez lui, la Rafa Nadal Academy, immense complexe qui forme et prépare les jeunes talents tant au niveau éducationnel que sportif. Et il vient de se marier en 2019, avant de remporter à Paris un treizième titre à Roland-Garros, égalisant à 20 partout avec la légende suisse et très bon ami, Roger Federer.

Trofeo bajo el brazo en Roland-Garros, París

Bienvenidos en el universo del « Toro de Manacor », tan único como apasionante. 

Bienvenue dans l’univers du « Toro de Manacor », aussi unique que passionnant.

Desde la formación hasta la consagración

(De la formation à la consécration)

De niño, Rafa se define hoy como « tímido, buen chico y obediente ». Hermano mayor de su hermana Maribel a quien le saca cuatro años, Rafa es fan de fútbol y de tenis, aunque rápido tiene que elegir el segundo como único deporte. Su éxito casi ya estaba programado con la suerte de tener un entorno familiar ya metido en el deporte. Su tío Toni había sido tenista de buen nivel nacional y ya se encargaba del Tenis Club de Manacor a la hora de decidirse por dedicarse a entrenar a su sobrino. Lo entrenó y lo educó, sirviéndose a la vez de la experiencia de otro tío de Rafa, Miguel Ángel, gran jugador internacional de fútbol que honró 62 selecciones con la Roja, participó en tres Mundiales y jugó desde 1986 con el Mallorca, luego de 1991 hasta 1999 con el Barça antes de volver a jugar de 1999 hasta 2005 con el Mallorca y poder ayudar a formar de Rafa desde sus 13 años. 

Enfant, Rafa se définit aujourd’hui comme « timide, bon garçon et obéissant ». Grand frère de sa sœur Maribel quatre ans plus jeune que lui, Rafa est fan de football et de tennis, même si rapidement il doit choisir le second comme seul sport. Son succès était déjà quasiment programmé par la chance d’avoir un environnement familial déjà impliqué dans le sport. Son oncle Toni avait été un joueur de bon niveau à l’échelle nationale et s’occupait déjà du Tennis Club de Manacor lorsque vint le moment de se décider à se consacrer à entraîner son neveu. Il l’entraîna et l’éduqua, en se servant par ailleurs de l’expérience d’un autre oncle de Rafa, Miguel Ángel, grand joueur international de football qui honora 62 sélections avec la Roja, participa à trois Coupes du Monde et joua dès 1986 avec Majorque, de 1991 à 1999 au Barça avant de revenir jouer de 1999 à 2005 avec Majorque et pouvoir aider à former Rafa à partir de ses 13 ans

Con tal equipo a su lado, Rafa pudo plantearse el tema del deporte de alto nivel con seriedad. Claro está que la familia lleva el deporte en los genes y Rafa es similar físicamente a su tío Miguel Ángel. Si a su tío le llamaban « Tarzán », a Rafa le llaman el « Toro ». Con el otro tío Toni, es una relación muy estrecha. Le entrenó desde sus inicios infantiles y Rafa lo cree y confía en él al cien por cien: hasta hizo creer al crío que tenía el poder de hacer llover o de parar la lluvia al querer… La educación fue estricta pero sensata. Por ejemplo, en Tarbes (Francia), durante el torneo de los « Petits As », oficioso campeonato del mundo de los 13-14 años que permite admirar a las futuras estrellas del mañana, Rafa aceptó que alguien le llevara la bolsa… Al verlo, Toni se enfureció: “¡Rafa, cómo no coges la bolsa tú, nos vamos para casa!” Rafa aprende la lección, recuperó la bolsa enseguida y nunca tendrá actitud prepotente pese al éxito.

Avec une telle équipe à ses côtés, Rafa put envisager le sujet du sport à niveau avec sérieux. Il est évident que la famille possède le sport dans ses gênes et Rafa est similaire physiquement à son oncle Miguel Ángel. Si on appelait son oncle «.Tarzan.», Rafa est appelé le «.Toro.». Avec son autre oncle Toni, c’est une relation fusionnelle. Il l’a entraîné depuis petit à ses débuts, et Rafa le croît et lui fait confiance à cent pour cent : il est même parvenu à faire croire au gamin qu’il avait le pouvoir de faire pleuvoir ou d’arrêter la pluie à sa guise… L’éducation fut stricte mais sensée. Par exemple, à Tarbes (France), durant le tournoi des «.Petits As.», championnat du monde officieux des 13-14 ans qui permet d’admirer les futures étoiles du futur, Rafa accepta que quelqu’un porte son sac… Quand il le réalisa, Toni vit rouge : «.Rafa, si ce n’est pas toi qui portes ton sac, on rentre à la maison !.» Rafa retient la leçon, récupéra le sac immédiatement et jamais n’aura d’attitude suffisante face au succès.

La fuerza de Rafa no es innata. Son unos valores de trabajo (dadas por un padre jefe de empresa) sumadas a una educación sólida y humilde que han permitido su construcción como hombre y deportista de élite. Y en ello, Toni tuvo un doble papel, como lo muestra esta declaración: « La formación de cualquier persona, dentro o fuera de la pista, es la capacidad de aprender. Y esto sí que se inculca de pequeño. Te preparas cuando eres joven y según cómo te has entrenado, tendrás más opciones o menos cuando llegue el momento. »

Toni, mucho más que un tío y entrenador

La force de Rafa n’est pas innée. Ce sont des valeurs de travail (données par un père chef d’entreprise) couplées à une éducation solide et humble qui ont permis sa construction comme homme et sportif d’élite. Et en ça, Toni a eu un double rôle, comme le montre cette déclaration : « La formation de n’importe quelle personne, sur le cours ou en dehors, c’est sa capacité à apprendre. Et cela s’inculque dès le plus jeune âge. Tu te prépares quand tu es jeune et selon comment tu t’es entraîné, tu auras plus ou moins d’options quand viendra le moment. »

Toni, mucho más que un tío y entrenador

El momento de pensar en una carrera profesional vino algún día cuando el campeón australiano Pat Cash decidió ir a Mallorca para jugar un partido de exhibición con el campeón alemán Boris Becker, sobre tierra batida. Éste no pudo venir al estar lesionado y Nadal, con 14 años, lo remplazó y venció. Cuatro años más tarde, ganó su primer torneo profesional en Sopot en 2004, alza su primera Copa Davis tras vencer al número 2 mundial Andy Roddick y gana su primer Roland-Garros en 2005 con tan sólo 19 años y nace una epopeya sobre la tierra y empieza una cosecha de títulos todavía actual.  Rafa en la tierra batida en la cual está como pez en el agua y es poco decir: « La tierra te permite tener más opciones de juego: ser agresivo, defender, contratacar, jugar con más estrategia. Yo creo que la estrategia, el pensar y el preparar el partido te entran mucho más en juego que en las superficies rápidas. »         

Le moment de songer à une carrière professionnelle arriva un jour où le champion australien Pat Cash décida d’aller à Majorque pour jouer un match d’exhibition en compagnie du champion allemand Boris Becker, sur terre battue. Ce dernier ne put s’y rendre car blessé et Nadal, âgé de 14 ans, le remplaça et gagna. Quatre ans plus tard, il gagne son premier tournoi professionnel à Sopot en 2004, soulève sa première Coupe Davis après avoir battu le numéro 2 mondial Andy Roddick et remporte son premier Roland-Garros en 2005 à seulement 19 ans et nait une épopée sur la terre battue et débute une récolte de titres toujours d’actualité. Rafa, sur terre battue, est comme un poisson dans l’eau et c’est peu dire: « La terre te permet d’avoir plus d’options de jeu: être agressif, défendre, contre-attaquer, jouer avec davantage de stratégie. Je crois que la stratégie, la visualisation et la préparation du match entrent davantage en ligne de compte que sur les superficies rapides. »

¿Diestro o zurdo?

(Droitier ou gaucher?)

« No sé todavía si es diestro o zurdo… Debe ser diestro porque la única cosa que no hace con la diestra es jugar al tenis. Todo lo que es natural siempre lo ha hecho con la derecha: escribir, comer, coger una pelota… » – Toni Nadal (visible en la foto más arriba, a la izquierda.

« Je ne sais toujours pas s’il est droitier ou gaucher… Il doit être droitier car la seule chose qu’il ne fait pas avec la main droite est de jouer au tennis. Tout ce qui est naturel il l’a toujours fait de la main droite : écrire, manger, attraper une balle… » – Toni Nadal (visible sur la photo du dessus, à gauche).

Según su clan y él mismo, Rafa es diestro de mano y de ojo. Pero zurdo para tenis y fútbol. Significa, según especialistas en biomecánica y funcionamiento cerebral, una conexión con el hemisferio izquierda del cerebro. Suelen ser jugadores meticulosos, tácticos, que juegan a la contra como sus compatriotas Juan Carlos Ferrero, David Ferrer o el australiano Lleyton Hewitt… mientras que los que son zurdos de ojo son unos Roger Federer, Carlos Moyà, Pete Sampras; muy hábiles pero menos tácticos. Haber cambiado de mano permite a Rafa tener ambas ventajas, visualizar más la pista y la pelota gracias al ojo derecho y preparar con amplitud el golpe por el lado izquierda y más rápidamente y más ángulo: perfecto para « sacar » de la pista a su adversario.

D’après son clan et lui-même, Rafa est droitier de main et d’œil directeur. Mais gaucher au tennis et au football. Cela signifie, d’après des spécialistes en biomécanique et en fonctionnement cérébral, une connexion avec l’hémisphère gauche du cerveau. Ce type de joueurs ont l’habitude d’être méticuleux, tactiques, contre-attaquants comme ses compatriotes Juan Carlos Ferrero, David Ferrer ou l’australien Lleyton Hewitt… alors que ceux dont l’œil directeur est le gauche sont des Roger Federer, Carlos Moyà, Pete Sampras ; très habiles mais moins tacticiens. D’avoir changé de main permet à Rafa d’avoir les deux avantages, avoir une vision plus grande du cours et de la balle  grâce à l’œil droit et préparer avec amplitude son coup côté gauche, plus rapidement et avec davantage d’angle : parfait pour « sortir » son adversaire du cour.

La mano izquierda es una idea de Toni. Fue la primera gran decisión técnica para Rafa. Al inicio, él jugaba cada golpe con ambos manos pero en el momento de querer pegar fuerte la pelota para tratar de ganar un punto de un golpe, se inclinaba por hacerlo en el lado izquierda. Al comienzo le causó tener problemillas en el lugar de inserción del hombro. Hoy, gracias al trabajo y al tesón, es un arma letal. Y una ligera peculiaridad ya que es menos frecuente un zurdo que un diestro a nivel profesional, con tres jugadores de los 30 primeros siéndolo: Rafa (#2 mundial), Shapovalov (#12) y Humbert (#30). En 2009, Rafa y su compatriota Fernando Verdasco habían ofrecido un recital de 5 sets suntuosos en semifinal del Abierto de Australia de 2009 (partido integral en el vídeo 1) donde Rafa había levantado la copa por primera y sola vez tras otro maratón de cinco sets ganado contra Federer, año después su leyendaria final en Wimbledon ganada también por Rafa en 2008 (partido integral  en el vídeo 2).

La main gauche est une idée de Toni. Ce fut la première grande décision technique pour Rafa. Au début, il jouait chaque coup des deux mains mais au moment de vouloir frapper fort la balle pour tenter un coup gagnant, il avait tendance à la faire côté gauche. A ses débuts, cela lui valut quelques problèmes au niveau de l’insertion de l’épaule. Aujourd’hui, grâce au travail et à la persévérance, c’est une arme fatale. Et une légère singularité puisqu’un joueur gaucher est moins fréquent qu’un droitier au niveau professionnel, avec trois qui le sont parmi les 30 premiers : Rafa (#2 mondial), Shapovalov (#12) et Humbert (#30). En 2009, Rafa et son compatriote Fernando Verdasco avaient offert un récital de 5 sets somptueux en demi-finale de l’Open d’Australie de 2009 (match entier ci-dessous, vidéo 1) où Rafa avait soulevé la coupe pour la première et unique fois après un autre marathon en cinq sets gagné contre Federer, un an après leur légendaire finale à Wimbledon gagnée également par Rafa en 2008  (match entier ci-dessous, vidéo 2).

Vídeo 1: Nadal Vs Verdasco en 2009 (partido integral)

Vídeo 2: Nadal Vs Federer en 2008 (partido integral)

Jugando un partido en Wimbledon, Londres

Su derechazo, la « Nadalada », es único. Compensó la falta de potencia inicial por un lift asolador, una pelota que rebota alto y obliga a retroceder más de la cuenta; una mezcla de velocidad y de pelota que flota en el aire. Una pelota pegada por Rafa hasta puede dar 4000 vueltas por minuto… Lo fascinante es el final del movimiento donde hace pasar la raqueta por encima de la cabeza y que da una trayectoria aún más vertical en el momento del impacto… Dicho movimiento es obligatorio dado el brazo perfectamente tendido al pegar la pelota.

Son coup droit, la “Nadalada”, est unique. Il a compensé le manque de puissance originel par un lift dévastateur, une balle qui rebondit et monte, obligeant à reculer plus que de raison ; un mélange de vitesse et de balle flottante dans les airs. Une balle frappée par Rafa peut atteindre jusqu’à 4000 tours par minute… La fin du mouvement où il fait passer la raquette au-dessus de sa tête est fascinante et donne une trajectoire encore plus verticale au moment de l’impact… Un tel mouvement est obligatoire étant donné le bras qui est parfaitement tendu au moment de frapper la balle.

Cómo no hablar de su defensa fuera de lo común, que le predispone siempre para reconquistar cualquier punto que parece escaparle. No olvidemos tampoco su calidad de revés. Su obsesión por jugarse la piel en cada punto, su deseo permanente de mejorarse, de adaptarse, de poder variar su estilo de juego hasta veinte veces en un partido… eso es Rafa. Con él, estamos ante un boxeador igual que Tyson: desde su llegada en la pista/el ring, Rafa/Mike impone una presión mental al adversario y al dar el primer golpe, se da el tono para el partido/combate donde la meta es de asfixiar al contrincante, en cada pelota vencer lo más rápida y eficazmente posible.

Comment ne pas parler de sa défense hors du commun, qui le prépare toujours à reconquérir tout point qui semble lui échapper. N’oublions pas non plus sa qualité de revers. Son obsession de jouer sa peau sur chaque point, son désir permanent de s’améliorer, de s’adapter, de pouvoir varier son style de jeu jusqu’à vingt fois par match. Voilà, c’est Rafa. Avec lui, nous sommes en compagnie d’un boxeur tel que Mike Tyson: dès son arrivée sur le cours/ring, Rafa/Mike impose une pression mentale à l’adversaire et en frappant le premier coup, le ton est donné pour le match/combat où l’objectif est d’asphyxier son adversaire, de gagner le point le plus rapidement et efficacement possible.

Muchos, viendo volver las pelotas unas y otras veces, pierden paciencia y cometen errores en el juego. Nadal es como un jugador de ajedrez con raqueta. Y no, no es un jugador de arcilla stricto sensu (aunque cosechó 9 Masters 1000 de Roma, 11 Masters de Monte Carlo, 7 en Hamburgo/Madrid (2 + 5), 13 Roland-Garros) sino un jugador completo: 1 Abierto de Australia (duro), 2 Wimbledon (hierba), 4 US Open (duro), medallas de oro en simple y en doble. Sólo le falta un puñado de torneos para haberlo ganado todo y conserva su determinación año tras año y hace siempre un balance al terminar una temporada para determinar con su clan como mejorarse. 

Beaucoup, en voyant revenir les balles sans fin, perdent patiente et commettent des erreurs dans leur jeu. Nadal est comme un joueur d’échecs avec une raquette. Et non, ce n’est pas un joueur de terre battue stricto sensu (même s’il a remporté Masters 1000 de Rome, 11 Masters de Monte Carlo, 7 à Hambourg/Madrid (2 + 5), 13 Roland-Garros) mais un joueur complet: 1 Open d’Australie (dur), 2 Wimbledon (herbe), 4 US Open (dur), médailles d’or en simple et en double. Il ne lui manque plus qu’une poignée de tournois pour avoir tout gagné et sa détermination reste intacte année après année et il fait toujours un bilan en fin de saison pour déterminer avec son clan comment s’améliorer.

Jugando un partido en Wimbledon, Londres

Un físico hercúleo con tacón de Aquiles pero con mental de acero

(Un physique herculéen au talon d’Achille mais au mental d’acier)

Hablamos de un atleta ultra físico pero equilibrado a nivel muscular con una gran calidad de músculos, de abdominales, con un tronco inferior ultra móvil y fuerte, lo cual le permite lucirse en el frenar y el volver a arrancar. Sea cual sea la longitud del partido, nunca Rafa baja de intensidad del primer al último minuto. Pero esto implica al mismo tiempo un buen número de lesiones, sufridas en cantidad, y finales de temporadas problemáticos. Hasta pensó en cambiar de deporte y dedicarse al golf, deporte donde se ilustra también. En efecto, en 2005 se le diagnosticó la enfermedad de Müller-Weis, una lesión degenerativa en su pie izquierdo que debilita el hueso y la articulación escafoídea. El milagro vino de un especialista en España que le pidió jugar con plantillas inclinadas, para impedir que el pie sufriera demasiado con los choques repetidos causados por el deporte. Rafa, con 19 años, ya tuvo que para la máquina y reinventarse. Desde aquel día, vive siempre con dolores y a veces agudos. Desde hace algunos años, el objetivo es que sufran lo mínimo posible sus articulaciones, para luchar contra el paso del tiempo, las largas temporadas de tenis y mantenerse en la cima del tenis mundial. Por y para eso, Rafa tiene una resiliencia increíble, entrena como juega, con un mental acérrimo que se ha convertido en algo que le define, como lo precisa su tío Toni que incluso ahora da una excelente conferencia TED sobre el tema: «.el desafío mental: lo hemos convertido en arte de vivir.». Conferencia TED disponible aquí (vídeo 3):

Nous parlons d’un athlète ultra physique mais équilibré au niveau musculaire avec une grande qualité de muscles, d’abdominaux, avec un tronc inférieur ultra mobile et fort, ce qui lui permet de s’illustrer en dérapant puis en redémarrant. Peu importe la durée du match, Rafa ne baisse jamais en intensité du premier au dernier instant. Mais ceci implique par ailleurs un bon nombre de blessures, eues en quantité, et des fins de saisons problématiques. Il a même pensé à changer de sport et se consacrer au golf, sport où il excelle également. En effet, en 2005 il fut diagnostiqué atteint de la maladie de Müller-Weis, une lésion dégénérative du pied gauche qui affaiblit l’os et l’articulation scaphoïdienne. Le miracle provint d’un spécialiste en Espagne qui lui demanda de jouer avec des semelles inclinées, pour empêcher que le pied souffre trop avec le cumul des chocs causés par le sport. Rafa, à 19 ans, dut déjà se poser et se réinventer. Depuis ce jour, il vit toujours avec des douleurs parfois aigües. Depuis quelques années, l’objectif est de faire le moins souffrir ses articulations, pour lutter contre l’usure du temps, les longues saisons de tennis et se maintenir au sommet du tennis mondial. Pour et grâce à cela, Rafa a une résilience incroyable, joue comme il s’entraîne, avec un mental en fer forgé qui est devenu quelque chose qui le définit, comme le précise son oncle Toni qui donne même actuellement une excellente conférence TED sur le sujet : « le défi mental : nous en avons fait un art de vie ». Conférence TED disponible ici (vidéo 3) 

 

Vídeo 3: Conféence TED (2018)

Al llegar en el circuito pro con 17 años y a continuación, Nadal aparece como jugador eléctrico, salta sin parar, aprieta el puño, grita… lo cual es visto por error por algunos como una falta de respeto mientras que sólo se trata de una dedicación al 100%, irrevocable. Por consejo de Toni, se le aprende a ahorrarse un poco, entre cada punto específicamente. Pero estamos en compañía de un jugador que siempre necesita aislarse, de ahí sus hábitos antes de sacar: oreja izquierda, nariz, oreja derecha, calzoncillo. Igual para las dos botellas donde siempre queda la misma cantidad de líquido, lo de correr un sprint hacia la línea de fondo después del cara o cruz… A Rafa no le gusta la novedad y es partidario de la continuidad: se casó hace poco con su novia de siempre con quien está en pareja desde 2005. Se entrenaba hasta hace poco con su tío Toni aunque éste se queda en el entorno próximo de Rafa, necesita pasar lo máximo de tiempo con sus amigos de siempre, con la familia, en su isla… ¿Su entrenador actual? Carlos Moyà, miembro del clan Nadal desde siempre. ¿Uno de sus peores momentos? A nivel deportivo, su derrota contra Söderling en cuartos de finales de Roland-Garros en 2009 después de 4 títulos en 4 participaciones. A nivel personal, el divorcio de sus padres que le impactó muchísimo y que le hizo cuestionar por un momento su pasión por el juego.

Dès son arrivée sur le circuit à 17 ans et par la suite, Nadal apparaît comme un joueur électrique, qui saute sans cesse, serre le point, crie… ce qui est vu à tort par certains comme un manque de respect alors qu’il s’agit seulement d’un engagement à 100%, sans faille. Sur conseil de Toni, on lui apprend à s’économiser un peu, entre chaque point en particulier. Mais nous sommes face à un joueur qui a constamment besoin de s’isoler, d’où ses manies avant de servir : oreille gauche, nez, oreille droite, caleçon. Pareil pour les deux bouteilles où reste toujours la même quantité de liquide, pour le sprint vers la ligne de fond après le pile ou face… Rafa n’aime pas la nouveauté et est partisan de la continuité : il s’est marié il y a peu avec sa fiancée de longue date avec laquelle il est en couple depuis 2005. Il s’entrainait jusqu’à peu avec son oncle Toni bien que ce dernier reste dans l’entourage proche de Rafa, il a besoin de passer un maximum de temps avec ses amis de toujours, avec sa famille, sur son île… Son entraineur actuel ? Carlos Moyà, membre du clan Nadal depuis toujours. Un de ses pires moments ? En sport, sa défaite contre Söderling en quarts de finale de Roland-Garros en 2009 après 4 titres en 4 participations. Au niveau personnel, le divorce de ses parents qui l’a impacté énormément et qui lui fit se poser des questions quelques temps au sujet de sa passion pour le jeu.

Rafa es una persona que lucha contra sí misma, contra su estrés, detesta no controlar algunas cosas. Hasta llama 10 veces por teléfono a su madre mientras ella está en camino para ir a cien kilómetros del domicilio, a Palma de Mallorca. Siempre ha sido una persona humilde y respetuosa: cuando gana, no celebra a lo grande. Y si pierde, felicita al vencedor y acepta la derrota. Le gusta el combate desde siempre pero sabe aceptar perder y volver más fuerte es lo único que le importa: « El deporte es aceptar, caer, y levantarse. Aceptar, caer, levantarse. Uno cuando va al límite se pega castañas. »

Caricatura de Luis Fabián Gaspardo de 2012,
hecha a partir de la obra "Hércules y el Cancerbero", de 1634

Dès son arrivée sur le circuit à 17 ans et par la suite, Nadal apparaît comme un joueur électrique, qui saute sans cesse, serre le point, crie… ce qui est vu à tort par certains comme un manque de respect alors qu’il s’agit seulement d’un engagement à 100%, sans faille. Sur conseil de Toni, on lui apprend à s’économiser un peu, entre chaque point en particulier. Mais nous sommes face à un joueur qui a constamment besoin de s’isoler, d’où ses manies avant de servir : oreille gauche, nez, oreille droite, caleçon. Pareil pour les deux bouteilles où reste toujours la même quantité de liquide, pour le sprint vers la ligne de fond après le pile ou face… Rafa n’aime pas la nouveauté et est partisan de la continuité : il s’est marié il y a peu avec sa fiancée de longue date avec laquelle il est en couple depuis 2005. Il s’entrainait jusqu’à peu avec son oncle Toni bien que ce dernier reste dans l’entourage proche de Rafa, il a besoin de passer un maximum de temps avec ses amis de toujours, avec sa famille, sur son île… Son entraineur actuel ? Carlos Moyà, membre du clan Nadal depuis toujours. Un de ses pires moments ? En sport, sa défaite contre Söderling en quarts de finale de Roland-Garros en 2009 après 4 titres en 4 participations. Au niveau personnel, le divorce de ses parents qui l’a impacté énormément et qui lui fit se poser des questions quelques temps au sujet de sa passion pour le jeu.

Rafa est une personne qui lutte contre elle-même, contre son stress, il déteste ne pas contrôler certaines choses. Il appelle même 10 fois sa mère au téléphone pendant qu’elle est sur la route pour aller à cent kilomètres du domicile, à Palma de Mallorca. Il a toujours été une personne humble et respectueuse : quand il gagne, il ne jubile pas outre-mesure. S’il perd, il félicite le vainqueur et reconnait sa défaite. Il aime le combat depuis toujours mais il sait accepter perdre et revenir plus fort est la seule chose qui lui importe :  « Le sport c’est accepter, tomber, se relever. Accepter, tomber, se relever. Quand on va à la limite, on se prend des gamelles ».

Caricatura de Luis Fabián Gaspardo de 2012, hecha a partir de la obra "Hércules y el Cancerbero", de 1634

El hoy y el mañana

(Aujourd’hui et demain)

El confinamiento de 2020 no le salió muy diferente de lo normal. Pasó tres meses en Barcelona para tratar una lesión en un pie, sus rodillas siempre le causan dolores fuertes… Rafa tendrá que reinventarse otra vez. Pero, dada la imagen brillante que dio frente a Djokovic al vencer al serbio número 1 mundial en Roland-Garros en 2020 en tres sets seguidos, dándole una lección magistral… después de que el entrenador de Novak haya dicho antes del partido que Rafa no tenía posibilidad de ganar la final. Hablando del único adversario contra quién Nadal pierde más partidos que los que gana con 48% de victorias, 27 victorias frente a 29 derrotas, hay razones de sobra para esperar. Y no cabe duda que Rafa no vuelva más fuerte. Hasta que llegue el día donde habrá que despedirse de él, quitarse el sombrero y darle las gracias, por todo. 

Le confinement de 2020 n’a guère été différent de ce qu’il connait d’habitude. Il a passé trois mois à Barcelone pour soigner une blessure à un pied, ses genoux le font toujours souffrir… Rafa devra se réinventer à nouveau. Mais, au vu de l’image brillante donnée face à Djokovic en battant le serbe numéro 1 mondial à Roland-Garros en 2020 en trois sets secs, où il lui donna un cours magistral… après que l’entraineur de Novak ait dit avant le match que Rafa n’avait aucune chance de gagner la finale. Nous parlons de l’unique adversaire contre qui Nadal perd plus de matchs que ce qu’il n’en gagne avec 48% de victoires, 27 victoires face à 29 défaites ; il y a de réelles raisons d’espérer. Et nul ne doute que Rafa ne revienne que plus fort. Jusqu’au jour où il faudra lui dire au revoir, le saluer bien bas et lui dire merci, pour tout. 

Saludando el público en el US Open, Nueva York

Le prof dynamique, patient mais qui fait des blagues pourries • Etablissement : Collège dans le 9-5 • Citation : « Caminante no hay camino. Se hace el camino al andar. » (Antonio Machado)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *